18 novembre 2017

Le vertige Rothko...

     Plus il avançait en âge, plus son style s’épurait, plus les couleurs stridentes s’estompaient comme élément majeur, plus sa lumière s’assombrissait, plus il était hanté par la réflexion lumineuse, plus que jamais tendu vers l’expression de la tragédie, de l’extase et de la mort. La Naissance de la tragédie de Nietzsche et le Rameau d’or de Frazier n’en demeuraient pas moins en permanence à son chevet. Annie Cohen-Solal offre une clé d’interprétation de cette œuvre, mais on n’est... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 17:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

12 novembre 2017

Poussière morandienne...

    "Une demi-douzaine d'oeuvres seraient tout à fait suffisantes dans la vie d'un artiste, dans ma vie."  Giorgio Morandi          
Posté par maia kowsky à 17:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 novembre 2017

Comme un voyage...

    "J’ai dit que tu chantais dans le vent Comme les pins et comme les mâts Comme eux, tu es grande et taciturne Et soudain triste, comme un voyage, comme un voyage..." Pablo Neruda          
Posté par maia kowsky à 18:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 novembre 2017

"Cette lumière secrète venue du noir..."

    Un jour je peignais, le noir avait envahi toute la surface de la toile, sans formes, sans contrastes, sans transparences.Dans cet extrême j'ai vu en quelque sorte la négation du noir.Les différences de texture réfléchissaient plus ou moins faiblement la lumière et du sombre émanait une clarté, une lumière picturale, dont le pouvoir émotionnel particulier animait mon désir de peindre.Mon instrument n'était plus le noir, mais cette lumière secrète venue du noir. Pierre Soulages         
Posté par maia kowsky à 22:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 octobre 2017

Picasso et le Minotaure.

    Dans le labyrinthe des Arts, le Minotaure dévore l’Amour, Avec un appétit insatiable le Minotaure Picasso dévore et dévore encore, Créateur hybride, mi-homme, mi-dieu, Il dévore  les femmes de sa vie, Il convertit en merveilles fulgurantes l’amour charnel à lui offert, Pour Lui, pour nous, Picasso fait la corrida de la vie, A la Vie, à l’Amor, à la Mort, à l’Amour, Il peint, crée, invente sans relâche, Picasso dessine, façonne, pétrit, et sur les céramiques de Vallauris,  ... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 11:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 août 2017

"Ombre bleue"

    Ombre bleue caresse un Vert... Au coeur Blanc Étincelle Rouge dans le Noir Éclatement de lumière !   J'aime penser ce matin à ces mots de Françoise Gilot dans son livre: "Matisse et Picasso" :  "...on empechêra un pan de vert émeraude, bien froid, d'entrer en collision avec un vermillon par la présence sur la toile d'un vert-jaune, moins saturé. un mauve pourra ainsi servir de transition entre un vert véronèse lumineux et un rouge cerise bleuté..." Les sons merveilleux de ces mots, qui évoquent... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 18:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 juin 2017

La cathédrale de Monet

    Portail de la cathédrale,temps gris 1894 (Claude Monet) Musée des Beaux Arts de Rouen    Les matins d’automne, je venais au devant d’elle, dans le brouillard épais de la ville… Je descendais la rue Beauvoisine, et tout au bout de la rue des Carmes, elle surgissait comme la toile de Monet « Par temps gris »… Et je la voyais comme Monet l’avait peinte, et telle qu’elle est accrochée au Musée…  Belle et grise, grise et bleutée, incertaine et puissante… Elle se dressait forte et... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 09:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 mai 2017

Balthus

      "Sa demeure est dans la Beauté - mortelle condition ; Et dans la Joie, dont la main esquisse à ses lèvres Un éternel adieu ; et dans le douloureux Plaisir, Qui se change en poison tandis que la bouche, abeille,  L'aspire : oui, au temple même de la Félicité, La Mélancolie voilée trouve un sanctuaire souverain Que seul sait voir celui qui peut, d'une langue vive, Faire éclater les raisins de la Joie contre son fin palais ; Son âme goûtera le triste pouvoir de la Déesse Et deviendra l'un de ses... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mai 2017

Paul Gauguin

      "Ce silence la nuit est encore plus étrange que le reste. Il n'existe que là, sans un cri d'oiseau pour troubler le repos. Par-ci, par-là, une grande feuille sèche qui tombe mais qui ne donne pas l'idée du bruit. C'est plutôt comme un frôlement d'esprit. Les indigènes circulent souvent la nuit mais pieds nus et silencieux. Toujours ce silence. Je comprends pourquoi ces individus peuvent rester des heures, des journées sans dire un mot et regarder le ciel avec mélancolie. Je sens tout cela qui va m'envahir et... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 mai 2017

"Des nuages m'ont pris par la main"

        Aquarelle Emile Nolde   Des nuages m'ont pris par la main Je brûle espace et temps sur la colline Tel un de tes messagers, Tel le rêve, divine mort. Giuseppe Ungaretti (Vie d'un homme)            
Posté par maia kowsky à 11:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,