29 juin 2017

Un certain bleu...

  foto Francesco Pagni "Les empreintes atmosphériques que j’enregistrai il y a quelques mois avaient été précédées d’empreintes végétales. Après tout, mon but est d’extraire et d’obtenir la trace de l’immédiat dans les objets naturels, quelle qu’en soit l’incidence – que les circonstances en soient humaines, animales, végétales ou atmosphériques."  Yves Klein (LE MANIFESTE DE L’HÔTEL CHELSEA 1961)      
Posté par maia kowsky à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 juin 2017

Secrètes utopies

    "Fluctuation" Technique mixte sur toile. cm 100x100. 2015   "Quand le noir engloutit la lumière Quand le ciel se dévoile à mes yeux Quand l'abîme est au bout de mes doigts   Quand le vertige envahit mon esprit Quand le silence submerge mon âme  mes bleus et mes blancs, mes gris et mes noirs, se mêlent aux étoiles, aux planètes, aux comètes Fluctuer. Dans la nébuleuse éblouissante de mes secrètes utopies."   © Francesco Pagni         
Posté par maia kowsky à 10:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
26 juin 2017

Poisson qui vole...

  "Pesce che voli Nei miei mattini Dammi il tuo mare Dammi la luce Pesce che voli Nell'aria chiara Dammi il tuo vento Dammi le nubi" © Francesco Pagni   (Poisson qui vole dans mes matins, donne-moi ta Mer, donne-moi la Lumière Poisson qui vole dans l'air limpide, donne-moi ton vent, donne-moi les nuages)    "La poésie vit d'insomnie perpétuelle" (René Char)            
Posté par maia kowsky à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 juin 2017

Un arbre

    "Un arbre a besoin de deux choses : de substance sous terre, et de beauté extérieure. Ce sont des créatures concrètes mais poussées par une force d'élégance. La beauté qui leur est nécessaire c'est du vent, de la lumière, des grillons, des fourmis et une visée d'étoiles vers lesquelles pointer la formule des branches. Le moteur qui pousse la lymphe vers le haut dans les arbres, c'est la beauté, car seule la beauté dans la nature s'oppose à la gravité. Sans beauté l'arbre ne veut pas. C'est pourquoi je m'arrête à un... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juin 2017

Le livre de l'intranquillité

    photo © Francesco Pagni   "J'ai duré des heures ignorées, des moments successifs sans lien entre eux, au cours de la promenade que j'ai faite une nuit, au bord de la mer sur un rivage solitaire. Toutes les pensées qui ont fait vivre les hommes, toutes les émotions que les hommes ont cessé de vivre, sont passées par mon esprit, tel un résumé obscur de l'histoire, au cours de cette méditation cheminant au bord de la mer. J'ai souffert en moi-même, avec moi-même, les aspirations de toutes les époques... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 juin 2017

Surprise...

  Ho incontrato Nel giardino dello mio studio Un certo doganiere Mi ha parlato di sogni Di tigri e di leoni "Mi chiamo Henri" "Rousseau?" texte et photo © Francesco Pagni   Dans le jardin de mon atelier, j’ai rencontré un certain Douanier qui m’a parlé de rêves de tigres et de lions... « - Mon nom est Henri !    - Rousseau  ? » Henri Rousseau (Surpris1891)      
Posté par maia kowsky à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 juin 2017

Urlo di Rosso

      "Urlo di rosso Canto di lapilli Carbone ancestrale Sciamano del vento Mi perdo nella luce Mi nutro di versi Sono" Acrilico cm 100x100 © Francesco Pagni   Le rouge, couleur essentiellement chaude, agit intérieurement comme une couleur débordante d'une vie ardente et agitée. Malgré toute son énergie et son intensité, le rouge témoigne d'une immense et irrésistible puissance. (Kandinsky - Du spirituel dans l'Art)      
Posté par maia kowsky à 10:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
21 juin 2017

"C'est là que je suis..."

    « C’est là que je suis. C’est là que j’ai. C’est là que je respire. C’est là que je désire. C’est là que réfléchis. C’est là que je dessine, que je déchire, que je gribouille. C’est là que je rêve. C’est là que je râle. C’est là que j’entends les voix joyeuses des écoliers qui sortent de l’école. C’est là que le cafard parfois m’envahit. C’est là que je parle avec * Pablo, avec Cy, avec Antoni et  Frida, avec Egon, avec Lucian et Oscar, avec Jean et Lucio, avec Robert, Alberto et Marc. C’est... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juin 2017

"Il mio bianco..."

    "Il mio bianco leggero scivola verso Sud portando con se profumi di maremma" Foto Francesco Pagni ©    Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :Mais l’amour infini me montera dans l’âme,Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,Par la Nature, — heureux comme avec une femme. Arthur Rimbaud      
Posté par maia kowsky à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 juin 2017

"Je préfère la musique du désert"

  "Je préfère la musique du désert" Carnet n°3 Février 2017 Encre by Francesco Pagni ©    "Dans mon langage expressif : peinture, sculpture, photographie, écriture, musique, l'Afrique, terre de mes racines, a toujours eu un rôle important, qui s’impose et surgit de façon cyclique dans mon travail, une nostalgie intime profonde et poétique qui ne cesse jamais de nourrir ma veine créative.Cette petite video est une "suite" d'images photographiques réalisées lors d'un de mes voyages en Afrique, des photos... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,