5f

 

Le 10 sept 1903, à 53 ans, Pierre Loti retourne à Constantinople pour la 6ème fois. Il écrit : "Je m'obstine à voir Stamboul comme il n'est plus, il s'écroule, il est fini. Maintenant il faut une complaisante et continuelle sélection de ce qu'on y regarde, des coins que l'on y fréquente ; sur la hauteur, les mosquées tiennent encore, mais tous les bas quartiers sont déjà minés par le "progrès" qui arrive à grand train avec sa misère, son alcool, sa désespérance et ses explosifs. Le mauvais souffle d'Occident a passé aussi sur la ville des Khalifes..."